Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Église Saint Nicolas, Walter Maria Förderer, Hérémence, 1967-1971, Swiss Brutalism, © Karin Bürki/Heartbrut. Explore more on Heartbrut.com

Église Saint Nicolas

Picture of Words & Photography: Karin Bürki

Texte et photographie : Karin Bürki

L'église en béton de Saint-Nicolas, dans le village valaisan d'Hérémence, conçue par Walter Maria Förderer, est considérée comme le Cervin incontesté du brutalisme suisse.

Inauguré le 31 octobre 1971, le massif ecclésiastique de 17 mètres de haut, qui s'étend sur plusieurs plateaux, semble avoir été taillé dans la roche avec ses nombreuses ouvertures, ses coins et ses recoins. C'est une révélation, et pas seulement pour les amateurs de béton apparent. Il n'est pas étonnant que cette combinaison impressionnante de Gesamtkunstwerk et de bâtiment polyvalent ait été classée monument national. Un pèlerinage.

La montée commence de manière plutôt profane.La base abrite un bar, un magasin de village, un bureau de poste et des toilettes publiques. Des chalets abîmés par les intempéries bordent la rue étroite. Un escalier en béton mène au plateau central exposé. Une fontaine en blocs de béton imbriqués gargouille au centre. Elle est décorée de géraniums rose vif, soigneusement disposés dans des jardinières en Eternit par Willy Guhl. C'est sur cette esplanade pleine de courants d'air que se trouve l'entrée principale de l'église, un peu cachée. Avant d'entrer, il est bon de se reposer un moment, car vous allez être époustouflé.

L'intérieur monumental est une révélation, même pour les incrédules. Le vaste espace hexagonal, semblable à une grotte, peut accueillir 1000 personnes. Les structures de béton expressionnistes attirent immédiatement l'attention. La lumière indirecte qui tombe à travers des ouvertures stratégiquement placées dans le plafond dentelé ajoute un sentiment supplémentaire d'excitation qui fait froid dans le dos. Les éléments liturgiques sont en bois et incarnent l'esprit ouvert et inclusif du Concile Vatican II (1962-1965). Le long des murs et du plafond, des cadres en bois absorbent le bruit et encadrent les peintures de l'ancienne église. On ne peut s'empêcher de tomber à genoux, tant la puissance architecturale de ce Gesamtkunstwerk est grande. Il n'a pas fallu de miracles pour que le chef-d'œuvre de Förderer obtienne rapidement le statut de patrimoine national.

Mais le voyage ne s'arrête pas là. Un escalier extérieur mène à la rue d'Église, où se trouvent l'arrêt du car postal et l'accès au clocher. C'est là que Förderer montre son côté pragmatique et orienté vers le service. En plus d'abriter une bibliothèque, le clocher est doté d'une plate-forme panoramique à son sommet. Elle offre une vue imprenable sur le village, les pyramides de terre blanche d'Euseigne de l'autre côté de la vallée, la Dent Blanche enneigée et d'autres hauts sommets des Alpes.

Les romantiques se seraient délectés du sublime bloc erratique de Förderer. Dans les formations rocheuses déchiquetées, les escaliers en colimaçon et les grottes sacrées, ils se rencontrent, les grandes scènes helvétiques de la nostalgie, le mythe et la modernité, les montagnes et le béton. Quoi que l'avenir nous réserve, le cœur et l'âme en béton d'Hérémence continueront de battre, forts, indestructibles et beaux. Amen.

En 1946, un tremblement de terre a détruit l'ancienne église. La municipalité lance un concours pour la construction d'un bâtiment de remplacement. Le jury choisit le projet de Walter Maria Förderer. Le sculpteur et architecte bâlois s'était fait un nom à l'échelle internationale avec une série de créations expressives et accrocheuses en béton apparent et était considéré comme une sommité du brutalisme sacré. Ceux qui ont passé commande à Förderer n'étaient pas intéressés par des églises profanes, mais attendaient rien de moins que la trinité moderne d'une confession de foi inconditionnelle, d'une œuvre d'art totale et d'un bâtiment polyvalent pragmatique.
Hérémence connaissait déjà les structures monumentales en béton. Au fond de la vallée, la Grande Dixence a été construite entre 1951 et 1961. Haut de 285 mètres, il reste le plus haut barrage-poids du monde. Les entreprises de construction locales avaient accumulé un grand savoir-faire. Dans la carrière située au-dessus du réservoir, il y avait beaucoup de gravats qui pouvaient être utilisés pour construire l'église. Les tarifs de l'eau rapportaient beaucoup d'argent à la vallée. Au lieu de susciter des craintes, le béton promettait la prospérité économique. Approuvée presque à l'unanimité par les paroissiens en 1966, l'église est construite entre 1967 et 1971.

© Karin Bürki/Heartbrut

© Karin Bürki/Heartbrut

Three Loops, Betonschleife, Ralph Bänziger, Zurich 1977, Brutalism, © Karin Bürki/Heartbrut. Explore more on Heartbrut.com
Ferro Haus, Pyramide am See, Justus Dahinden, © Karin Buerki/Heartbrut. Explore more on Heartbrut.com
Roccolo, Seminar Centre, Retreat, Miller & Maranta, Castasegna, Val Bregaglia, 2004, © Karin Bürki/Heartbrut, Swiss Brutalism. Explore more on Heartbrut.com
Hardau, Zurich, 1978, Brutalism, © Karin Bürki. Explore more on Heartbrut.com